Bibliothèque

Rien à la télé hier soir. Télécommande en main, je zappe en attente d’une émission qui attire mon regard. Bibliothèque Médicis stoppe mon geste compulsif sur la flèche « et après » de ma télécommande. Décidemment, Public Sénat est une télé à part…

Jean-Pierre Elkabach fait partie de ces journalistes que l’on a toujours vu, sorte de Drucker de l’émission politique. Et pourtant, je dois vous dire mon plaisir face à la culture qui émane de cet homme. L’invité de son émission, tournée dans l’enceinte de l’exceptionnelle bibliothèque du Sénat, était Pierre Bergé, à la veille de la vente de la collection créée avec Saint Laurent.
Conversation de salon entre deux esthètes, où les piques, lorsqu’elle fleurissaient, étaient à fleuret moucheté. Pierre Bergé, vrai bibliophile, évoluait dans son monde. Celui de l’exceptionnel, du rare, du beau. Belle confrontation qui m’a donné envie de me procurer les 10 kilos du catalogue de la vente. Epuisé m’annonce le site de Christies. Reste l’un des volumes à télécharger ici, rubrique « view brochure ». Magnifique travail de mise en pages. Et de mise en bouche pour LA vente du siècle qui démarre lundi.

Autres livres, plus terre à terre, posés contre mon lit. Oubliés après lecture depuis le dernier salon du livre de Lyon, en novembre dernier. Un salon du livre qui sera consacré à la Francophonie en novembre prochain. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler.
L’étrange animal du Grand hôpital de Jacques Eicholz (Editions Calleva). Jacques est un pur produit de Lyon. Médecin, passionné de lectures, de voyages, d’archéologie, d’histoire et de contacts humains, il est également peintre et membre de la Société Lyonnaise des Beaux Arts.
Son bouquin, composé de six récits, nous plonge dans le Lyon du XVIIIe siècle, dans le quartier Grôlée, mais aussi à La Guillotière chère à mon camarade bloggueur Romain.
D’un conte à l’autre, les destins se révèlent, les personnages se croisent, et tous, à leur manière, témoignent de la grandeur et de la misère du Lyon de l’époque… Et quel est cet étrange animal qui nage entre deux eaux ? Vous le découvrirez dès la première histoire, au bord du Rhône…
Autre livre, que je suis en train de lire : « Lyon, silhouettes d’une ville recomposée – 1789-1914″, un superbe ouvrage paru aux Editions Lyonnaises d’Art et d’Histoire. Une plongée dans la recomposition du paysage urbain au XIXe siècle. Notamment avec l’émergence de la rive gauche, des Brotteaux à la Guillotière. Un livre d’architecture, abondamment illustré, idéal pour les profanes. Amusement lorsque je tombe, en page 319, sur le plan au sol de l’immeuble de mon adolescence, quai Claude Bernard, construit pour la famille Descours sur les plans du célèbre architecte Rostagnat.

J’avais envie depuis quelques semaines de vous parler d’une belle librairie, celle du Tramway, située à deux pas de la mairie du 3e. J’avais, l’autre jour, quelques poignées de minutes à perdre avant un rendez-vous. Alors, je suis entré. Petite librairie face aux mastodontes du quartier Bellecour, mais un beau choix de livres. Du coup, j’ai rempli mon panier.

En tête, ce livre de deux journalistes russes paru chez Actes Sud : « Gazprom, l’arme de la Russie ». Pour mémoire, la Russie détient un tiers des réserves mondiales de gaz. Gazprom est la première entreprise russe avec 400 000 employés (8% du PIB). L’Union Européenne dépend à 26% du gaz russe, la Finlande à 100%, la France à 25%… Bref, Gazprom –et le pouvoir russe- sont au cœur du pouvoir. A tel point que l’ex premier Ministre d’Elstine a lâché aux deux journalistes au début de leur enquête « Vous comprenez qu’on va vous tuer ? ». Ils ont pu témoigner. A lire !

Un dernier livre publié par ma copine Béatrice Bourges aux Editions du Rocher : « L’homoparentalité en question : Et l’enfant dans tout ça ? ». Pour tout vous avouer, je ne l’ai pas lu. Béatrice (présidente de l’association pour la protection de l’enfance) s’y livre à un plaidoyer en faveur de l’enfant (et de ses droits).

Le pitch, pompé sur un site de vente de livres :

L’avenir de la famille française sera-t-il « homoparental » ? À l’heure où quelques pays européens ont déjà accordé aux couples gays le droit au mariage et à l’adoption, la question fait débat en France. Sous la pression électorale, Nicolas Sarkozy songe même à équiper les candidats éventuels d’un véritable kit familial : avec le contrat d’union civile, assimilable en tout point au mariage, auquel serait assorti le statut de « beau-parent » calqué sur le modèle des familles recomposées. Si le droit à l’enfant revendiqué par les couples homosexuels se trouve bien au cœur de ces nouvelles expériences socio-juridiques, étrangement, le droit de l’enfant lui-même semble avoir été relégué aux oubliettes… Car peut-on réellement croire à la neutralité de la sexualité parentale dans la construction psychique de l’enfant ? La souffrance chroniquement observée chez les enfants adoptés, qui n’ont de cesse de retrouver la mère et le père dont ils sont nés, ne risque-t-elle pas de s’aggraver dans le cas où la famille d’accueil ne représente même plus ce modèle ? Passant au crible tous les arguments politiquement corrects en faveur de l’homoparentalité, qui tendent à favoriser les bons soins au détriment du lien naturel, Béatrice Bourges démontre également la nécessité d’une filiation parfaitement reconnaissable par les enfants à travers la possibilité de différencier sexuellement leurs parents. Réunissant les résultats d’une expertise magistrale dans les domaines psychanalytique, sociologique et juridique, dans un contexte élargi aux frontières de l’Europe, elle rétablit ainsi la vérité sur les chiffres de l’adoption, dénonce les véritables enjeux de société qui se dissimulent derrière la revendication familiale des homosexuels et fustige l’abandon de la famille traditionnelle par les responsables politiques, sacrifiée à une minorité.
Un plaidoyer à la fois ferme et subtil en faveur des différences… vitales. Puisque l’on ne devient pas enfant, l’on « naît » enfant.

Le débat est donc ouvert. Et il mérite de s’y atteler sans œillères. Béatrice donnera une conférence sur le sujet ce jeudi à 20h30 à l’Espace culturel Saint Polycarpe, 25 rue René Leynaud dans le 1er arrondissement. Je lui avais promis que j’en parlerai. C’est fait. Si vous avez un peu de temps pour ouvrir ce débat…

Les Commentaires ( 13 )

  1. de Jérôme Manin
    posté le 22 fév 2009

      Répondre

  2. de david jourdes
    posté le 22 fév 2009

    Le livre de votre copine Béatrice Bourges semble être d’actualité … Cependant j’ai envie de dire que les gay n’attendent pas que l’on parle d’homoparentalité pour être parents … Beaucoup le sont et ne demandent rien à personne …

    Le thème de l’imaginaire sexuel de l’enfant ne tient pas la route cependant dans sa démarche …

    Les gay ont des parents hétérosexuels … Aussi doit-on « … réellement croire à la neutralité de la sexualité parentale dans la construction psychique de l’enfant » …

    Comment expliquer que des hétérosexuels puissent avoir des enfants gay !

    Je me souviens d’un ami lorsque j’étais à Paris … Il avait un frère et une soeur … Ils étaient gay ! Lui même affectionnait les garçons …

    Les parents étaient-ils gay ! Dieu du ciel ! Vous n’y pensez pas … Milieux hautement aristocratique … et traditionaliste !

    Aussi, je veux bien croire que l’on évolue en fonction d’un milieu mais dire que la sexualité des parents veut influer sur celle des enfants me laisse perplexe …

    En fait je ne pense pas que son livre soit très nouveau dès lors qu’il cherche à établir le lien entre hérédité et famille … Hérédité et transmission des valeurs, des habitudes … Bien avant elle, Friedrich Engels a traité de ce sujet et il me semble qu’il l’a fait avec beaucoup de justesse … D’ailleurs selon moi il a décrit l’essentiel sur la famille …

    Pour l’heure, le « problème » posé par l’homoparentalité est celui de la reproduction des habitudes culturelles d’une société. La France catholique n’est plus en mesure de se vivre au XXI siècle comme ses aïeux le faisaient ! Pire, la norme culturelle tend à se modifier …

    Cependant, aujourd’hui, en 2009, il convient surtout de vivre avec son temps. Je dirais que la revendication homosexuelle est le produit de la société à un stade déterminé de son développement et de ses transformations. Aussi que Pierre et Paul réclament leur droit à être parent suppose que les liens anciens, les filiations héritées, formées et maintenues par les liens du sang ne sont plus réellement satisfaisantes pour unir les hommes et que justement parce que devenues insuffisantes d’autres liens tendent à se manifester …

    Plus largement l’homoparentalité témoigne d’une transformation des valeurs morales d’une nation, d’une civilisation et à moins que de n’organiser un état fasciste, en grande partie parce que les liens nouveaux entre humains cherchent à se vivre de manière décomplexées, rien ne sert à commenter la chose.

    Nous vivons dans tous les cas la globalisation de nos sociétés et cette normalisation des échanges veut aussi produire des formes supposées de séparatisme … Néanmoins, la manifestation de revendications de ce type, la multiplication de ces multiples communautés favorisera aussi la paix sociale et rien n’est plus important finalement à ce que les hommes vivent de manière apaisée !

    Malgré tout, ne percevez pas que je change d’un iota … Je suis toujours opposé au mariage gay … Pour l’homoparentalité, je veux reconnaître cependant de la réalité des situations et pour connaître ce genre de situation, je peux dire que socialement, culturellement, psychologiquement les enfants qui évoluent dans un milieu ouvertement gay ne souffre pas plus que des enfants évoluant dans un milieu hétérosexuel !

    Le problème n’est pas au lien parent-enfant mais à la morale que les parents inculquent à leurs enfants !

      Répondre

  3. de Béatrice
    posté le 23 fév 2009

    Je suis Béatrice Bourges, l’auteur du livre, et j’aimerais répondre de David Jourde : en fait, votre commentaire ne répond pas dutout à l’objet du livre. Une 4è de couv ne résume pas un livre… Mon livre ne cherche absolument pas à à établir le lien entre hérédité et famille, mais alors pas dutout!!! Il cherche juste à dire qu’un enfant a besoin d’un père et d’une mère pour se structurer psychiquement au mieux. C’est là-dessus que vous avez raison en disant que ce n’est pas nouveau. Malheureusement,on voudrait nous faire croire le contraire. Je ne cherche en rien à faire la morale ou à me positionner par rapport à une religion. Ca n’a strictement rien à voir. Je veux simplement aller à l’encontre du politiquement correct qui veut nous imposer une façon de voir les choses sans possibilité d’argumenter en sens contraire sans être traité d’homophobe. Mon livre donne les arguments des lobbys homos et je les démonte. C’est tout. C’est simple et pédagogique.
    Venez jeudi!

      Répondre

  4. de david jourdes
    posté le 23 fév 2009

    J’ai bien compris le sens de votre propos. Pardonnez moi si je veux faire volontairement déborder le propos sur la « famille » en tant qu’identité bourgeoise … Et n’ayant lu de vous que « la 4 ième page de couverture », veuillez m’excuser de ne pas connaître votre écrit … Je veux ici remercier Erick Roux de Bézieux de sa volonté de nous faire partager ses « goûts » !

    Je demeure néanmoins en opposition sur votre discours.

    Je vous ai bien compris. Et ce faisant, je veux persister sur ce point que vous n’abordez pas dans votre réponse. Un enfant est-il plus malheureux au sein d’une famille homoparentale ?

    Ma réponse : Je ne pense pas qu’un enfant soit plus malheureux lorsqu’il a des parents gay qu’en étant élevé par des parents « hétérosexuels ».

    Vous dites ceci :  » … Il cherche juste à dire qu’un enfant a besoin d’un père et d’une mère pour se structurer psychiquement au mieux. … »

    Et vous avez raison.

    Convient-il cependant d’aborder le thème réducteur de l’homoparentalité ?

    Les influences environnementales qui aident à la structuration sociale mais aussi affective de l’enfant sont nombreuses et touchent toutes les familles, qu’elles soient homosexuelles ou hétérosexuelles …

    Je ne vous connais pas mais recherchant à être révoltée contre le « politiquement correct » vous voulez analyser à charge des situations qui se vivent bien.

    Mais attention, on peut poser le problème autrement … Vous savez certainement que les facteurs de risque pouvant intervenir au cours de la période prénatale sont aussi importants dès lors que l’on cherche à analyser l’origine d’une fragilité psychologique future de l’enfant …

    Selon moi un enfant a besoin d’entretenir des relations chaleureuses et stables … Ce qui n’est pas donné à tout le monde … Combien de couples hétérosexuels divorcent ? C’est ainsi que dans de nombreuses familles hétérosexuelles, de nos proches, on connaît à l’inverse des couples homosexuels les effets néfastes du stress familial et environnemental qui réalise une authentique maltraitance psychologique pour l’enfant …

    Non, votre discours ne me convient pas dans la volonté de réserver les défaillances psychologiques des enfants aux seuls parents gay !

    Avez-vous des enfants ?

      Répondre

  5. posté le 25 fév 2009

    @ David
    « Je veux ici remercier Erick Roux de Bézieux de sa volonté de nous faire partager ses “goûts” ! »
    Je précise, David, que je n’ai pas d’appétence particulière pour le parti-pris de Béatrice. Mais néanmoins, je lirai son livre. Je lui avais promis de parler de sa conférence, histoire d’ouvrir le débat. C’est fait. Et merci d’avoir exprimé votre opinion dans laquelle je me retrouve sur de nombreux points.
    Reste un mystère (de la foi ?), 3 jours sans mon troll officiel JM. Bizarre !

      Répondre

  6. de david jourdes
    posté le 25 fév 2009

    Pour le livre de Béatrice, je veux bien le lire aussi … Mes remarques ne veulent pas être assassines … Nous sommes en France et le discours est possible … Aussi mon message voulait simplement dire que pour juger des choix d’autrui il convenait de commenter ce qui se trouvait devant notre porte car le danger des préjugés, mythes, idées reçues, conditionnements cultuels ou culturels étaient nuisibles aux libertés individuelles !

    Et pour l’ami JM, un troll est par nature fidèle à ses amis … Il l’est aussi à son estomac … Il se peut alors que JM se soit égaré en quelques bouchons … car je ne le crois pas infidèle à ce blog …

      Répondre

  7. de Béatrice
    posté le 25 fév 2009

    Bonjour, C’est encore Béatrice.
    Je trouve vos commentaires pertinents en ce qui concerne l’équilibre de l’enfant. Je n’ai pas pour objectif d’analyser tout ce qui n’est pas bon pour l’équilibre de l’enfant.
    J’ai juste comme objectif de faire entendre une voix différente de celle qu’on entend actuellement et qui voudrait faire croire que c’est indifférent pour un enfant d’être élevé par un père et une mère ou sans père ou sans mère. Car si un enfant est élevé par deux pères, c’est qu’on lui supprime la possibilité d’avoir une mère et si on lui donne deux mères, c’est qu’on décide qu’il n’aura pas de père. Or, dans cette affaire, ce sont les adultes qui décident, sans demander à l’enfant son avis. C’est normal, il n’a pas de voix. Mais c’est une réelle discrimination à son égard et cela on ne le dit pas. Qui d’entre nous J’avoue que ça me dérange de n’entendre topujours qu’un seul son de cloche. C’est pour ça que j’ai écrit ce livre.
    Franchement, j’aimerais bien que vous lisiez mon livre et que vous me disiez ce que vous en pensez.

      Répondre

  8. de david jourdes
    posté le 25 fév 2009

    J’ai eu des nouvelles de JM … Il sɹoɔǝp np sɹǝʌuǝ,l suɐp ʇsǝ ! C’est trollement grave !

      Répondre

  9. de Jérôme Manin
    posté le 25 fév 2009

    (-: ʇuǝɯoɯ ǝɔ uǝ suǝs ǝɹʇnɐ,l suɐp nǝd un sıns ǝɾ ‘ʇuǝɯǝʌıʇɔǝɟɟǝ ‘ʇǝɹǝʇuı uoʇ ɹnod pıʌɐp ıɔɹǝɯ
    ɔɐuƃ ɔɐuƃ ɔɐuƃ ˙˙˙ǝɹıd uǝ sıɐɹpuǝıʌǝɹ ǝɾ sıɐɯ

      Répondre

  10. de david jourdes
    posté le 26 fév 2009

    Et comment fais tu pour inverser tes textes ? De l’intérêt pour toi … Bien entendu, tu doutais que l’on ne puisse s’ennuyer de toi ?

      Répondre

  11. de Jérôme Manin
    posté le 26 fév 2009

      Répondre

  12. de david jourdes
    posté le 26 fév 2009

    ¡ ǝɯèlqoɹd ǝɔ à uoıʇnlos ǝun ɹǝʌnoɹʇ ǝp « ʇuıɐd » ɔǝʌɐ éʎɐssǝ ıɐ,ɾ ǝnb ǝɹıp ʇǝ ˙˙˙ ɹǝnbɹɐɯǝɹ ‘sıoɟ ǝllǝʌnou ǝun ‘ǝɹıɐɟ ǝɯ ıonb ǝp ˙˙˙ sǝnbıɥɔɹɐɹéıɥ sɹnǝıɹédns sǝɯ ɔǝʌɐ ǝpoɯ ǝɔ ɹns ɹǝnbıunɯɯoɔ sıɐʌ ǝɾ ˙˙˙ ǝıɔɹǝɯǝɹ ǝʇ ǝɾ ˙˙˙ ɹǝdns

    ˙˙˙ sɹǝʌuǝ,l ǝp ʇıoɹpuǝ,l ǝʌnoɹʇ ǝs no ɹıoʌɐs ǝssınd ǝu ǝɾ ǝnb uǝıq ˙˙˙ « ǝɯɹou » ɐl ɔǝʌɐ,p uoıʇısoddo uǝ ɹǝnʇıs ǝs à ǝɥɔɹǝɥɔ ınb ɹnod ǝlɐépı ʇsǝ ǝllǝ ɹɐɔ ǝpoɥʇéɯ ǝʇʇǝɔ uolǝs ǝɹʌıl uos ǝɹıɹɔééɹ ǝp sǝƃɹnoq ǝɔıɹʇɐéq à ɹǝllıǝsuoɔ sıɐɹǝʇıɐɥnos ǝɾ

      Répondre

  13. de michel
    posté le 12 avr 2009

    vaste débats,et personne ne détiens la solutions?
    il y a la loi et l »esprit de la loi?
    la famille,existe t »elle vraiment avec tout ces chamboulements,
    les gosses sont terribles dans leurs réflexions,
    ex
    que va dire les copains lorsque les deux papa vont venir le chercher a la sortie de l »école?
    pour être franc,deux maman cela passe mieux,
    comme c »est bizarre,,,,
    ce don a besoin un mômes c »est de l »amour d »ou elle viens,
    c »est tout bête,le reste a peu d »importance

      Répondre

Poster un commentaire


1 + deux =