Histoires de rebelles…

Etre rebelle25 janvier. A peine revenu du forum de Davos, Emmanuel Macron se rend en Haute-Loire pour ses vœux au monde agricole. Davos vs Haute-Loire. Comme un symbole du match qui se joue aujourd’hui entre deux France. Celle des territoires face à Paris, celle des campagnes face aux métropoles. Un match qu’Emmanuel Macron et son gouvernement ne semblent pas maîtriser à 4 jours de l’ouverture du traditionnel Salon de l’Agriculture… C’est là pain béni pour les présidents de régions et de départements, soutenus par les élus locaux ruraux ou néo-ruraux. A commencer par le (trop ?) rebelle Laurent Wauquiez…

 

La France est rebelle par nature. C’est dans son ADN, a fortiori face à un Etat tout puissant, a fortiori lorsqu’il semble négliger que la France, c’est d’abord une somme de territoires.
Face à une mondialisation qui submerge, les Français des villes et des métropoles cherchent des racines. Quitte à les idéaliser. Or ces racines sont justement dans les territoires. Cette « province », comme il est d’usage de la nommer (en fronçant le nez) dans certains milieux parisiens.
Province vs Paris, territoires vs Etat, le match a de tout temps mobilisé. Et il dure encore, d’autant que l’équipe Macron peine à faire entendre son attachement et sa vision des territoires hors métropoles.

Emmanuel Macron, même s’il est né et a longuement vécu à Amiens (81e ville française), ne semble pas avoir d’appétence particulière pour cette France qu’il doit sûrement considérer comme « périphérique ». Jupiter je suis, Jupiter je reste. Une France qui le lui rend bien puisqu’il est arrivé dans ces territoires ruraux 3e du premier tour de la Présidentielle avec un petit 18% des voix (23,8% en France).

 

*

**

 

Hors métropoles, point de salut ? En fait, l’émergence des métropoles a modifié considérablement le territoire. Les douze métropoles françaises – créées par la loi Maptam, Modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles – génèrent 61 % du PIB national.
Selon le baromètre 2017 d’attractivité des métropoles françaises financé par Arthur Loyd, les 14 « très grandes métropoles » ou « grandes métropoles » (hors Paris) ont gagné 2,2 millions d’habitants depuis 1990 (+19%), concentrant 1/3 de la population française. Autre chiffre majeur, ces 14 villes pèsent 82% des emplois créés dans le secteur privé.
L’enjeu s’impose de lui-même : les métropoles attirent une bonne partie de la création de richesse ; dès lors, comment lutter contre une fracture qui se creuse ? Comment penser le couple métropole/hors-métropole sans mettre les deux parties en conflit ?

 

*

**

 

La fameuse carte des zones agricoles défavorisée est sur la table des négociations. A quelques jours du grand rendez-vous de la France des villes avec ses paysans, le thème est chaud bouillant. A tel point que le ministre de l’Agriculture a repoussé la publication de cette carte, arguant qu’elle doit être d’abord présentée à la Commission européenne le 1er mars. C’est à partir de ce moment-là que les « tractations vont commencer pour que la carte soit définitivement validée, c’est pourquoi nous ne voulons pas rendre cette carte publique. » Un zonage vital pour certains territoires, puisque ce statut débloque le versement d’aides importantes de la part de l’Union Européenne.
« Pour certains, ces aides représentent 100% de leur revenu », explique Alain Chabeauty, président de la FDSEA du département des Deux-Sèvres. Et c’est bien là le problème… Aucune entreprise ne peut vivre en étant aussi dépendante de l’argent public. Notre agriculture est bien souvent maintenue sous perfusion par l’Europe dans le cadre d’une PAC dont le budget est en chute libre.
Pour le sociologue Jean Viard, « les élus locaux, depuis trente ou quarante ans, touchent des aides sur le thème «la campagne qui meure », etc., alors qu’il faudrait avoir un projet de développement. »

Dans La Dépêche du Midi, il développe :

La France est un des rares pays à avoir eu des projets pour l’agriculture en pleine révolution industrielle. Au XIXe, on a eu un pacte politique, en disant on va avoir beaucoup d’agriculteurs qui seront la base de la République, en étant conseillers municipaux, soldats, chefs de famille. C’était le modèle de la France de Jules Ferry, jusqu’à Pisani. Il garantissait l’enracinement dans le territoire, une façon de lutter contre le monde ouvrier et les révoltes urbaines. On leur avait garanti que le cœur de la civilisation française ce serait la paysannerie, on en porte encore les stigmates. De Gaulle renverse la machine puisqu’en fermant les colonies il demande désormais aux paysans de garantir l’indépendance alimentaire, c’est son pacte, pour une agriculture technique, chimique, avec le passage de 3 millions d’exploitations à 500 000. Aujourd’hui, l’enjeu c’est d’avoir une agriculture qui nous nourrit mais aussi écologiquement saine, qui produise de l’air, de l’eau, de la forêt, d’avoir un écosystème France conforme à la COP21. L’indépendance n’est plus le cœur du modèle, c’est la qualité France.
Le gouvernement œuvre-t-il pour cela, selon vous ?
Il faudrait que le gouvernement garantisse les terres agricoles, comme on avait garanti les subventions avec Pisani. Si j’étais le président de la République, j’aurai tendance à dire que Notre-Dame-des-Landes est le début de la sacralisation des terres agricoles. Il y a deux modèles intéressants, le suisse et le canadien, où pour qu’un terrain agricole devienne constructible, il faut une décision de justice, pas une décision politique.
Il y a quatre ans vous disiez qu’agriculteur était un métier d’avenir. Vous le rediriez ?
Oui, plus que jamais. Regardez ce qui se passe en Italie. Presque le tiers des agriculteurs sont des jeunes urbains éduqués. Avant, l’agriculteur était un type coupé, dans son coin. Désormais, celui qui va s’installer dans l’Aveyron, il a internet, il est connecté, il ne se coupe pas. L’un des grands enjeux de l’agriculture c’est d’arrêter le modèle d’agrandissement des exploitations, et de faire tout pour l’installation de jeunes en lien avec la société numérique.

 

*

**

 

La nouvelle frontière est celle de la ruralité. Mon ami Olivier Beatrix, maire de Germigny-l’Exempt dans le Cher, réclamait dans une tribune parue dans le Figaro en novembre dernier « une vision partagée de la politique d’aménagement du territoire entre l’État et les communes. Aujourd’hui, l’État n’assure plus la garantie de la cohésion territoriale. Il a même largement contribué au morcellement territorial: création des métropoles, regroupement artificiel des régions, absence de courage dans la suppression des niveaux d’administration. L’erreur historique de François Hollande, clairement exprimée en juin 2014 dans la presse régionale, fut de croire qu’une nation comme la France peut s’administrer par des super-régions et des métropoles. C’est le sens des réformes qu’il a mises en œuvre.
Or les intercommunalités, les communes, notamment les plus petites, doivent être pleinement associées à l’élaboration des stratégies de développement des territoires. Les plus petites communes, et même les villes moyennes, n’ont pas le poids suffisant pour peser dans les décisions prises de manière technocratique dans certaines régions en matière d’aménagement. »

Auditionné le 8 février à l’Assemblée nationale dans le cadre de la mission d’information pour « une nouvelle étape de la décentralisation en faveur des territoires », l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a esquissé les contours d’une politique volontariste au bénéfice des territoires ruraux. Pour lui, la solution pourrait être de créer, sur le modèle des zones franches, des espaces de développement économique au croisement de plusieurs départements.
« Au fond depuis 30 ans, on a raté toutes nos politiques de soutien à la ruralité. On a fait des plans, on a fait des lois, mais globalement le soutien est raté… et je suis responsable comme les autres », plaidant pour « une nouvelle étape de la décentralisation en faveur des territoires. »

 

*

**

 

Ruralité connectée contre ruralité isolée. Jean-Pierre Raffarin a pointé cette fracture entre une « ruralité connectée » – qui se situe à 30 km de la grande ville, où le mode de vie est rural mais l’emploi essentiellement urbain – et la « ruralité isolée », située à 60 km de la ville et en perte démographique.
« Je pense qu’il faut prendre le sujet par l’angle de la démographie et se poser la question : comment peut-on redévelopper de l’activité dans ces territoires fragiles ? On pourrait ainsi tenter une opération comme les zones franches mais à une échelle interdépartementale. Par exemple, au croisement de la Lozère, du Cantal et l’Aveyron, vous avez une petite zone, qui grâce à une fiscalité hyper attractive deviendrait une zone de développement spécial. (…) Le but étant de ramener plusieurs milliers d’emplois afin de densifier ces pôles ruraux. »
Pour l’ex-président de l’ex-région Poitou-Charentes, le développement économique est donc le prisme qui permettrait de faire revenir une population sur ces territoires délaissés sans « affaiblir les métropoles ». « On peut toujours sauver la dernière boulangerie du village, mais s’il n’y a personne pour acheter du pain, vous ne vendrez pas de pain. Donc, soit la France a une impulsion sorte en matière de développement économique dans ces territoires, soit il ne restera plus que les populations migrantes pour s’intéresser à ces territoires. »

 

*

**

 

Et Wauquiez dans tout ça ? Il se frise la moustache. C’est pain béni pour lui qui a choisi la posture de la « province » contre Paris. Fidèle d’ailleurs à son électorat, sa victoire large en Auvergne-Rhône-Alpes lui ayant majoritairement été donnée par les bureaux de vote situés à plus de 60 km des métropoles…
On a connu les jacqueries, Wauquiez reprend le combat face à un monde qui est d’abord le sien et dont il connaît les arcanes.
Bon positionnement pour séduire, entre autres, une partie de l’électorat perdu aux extrêmes. Mais aussi conviction que la France ne peut que se perdre à oublier une partie de son histoire et de son présent.
Le rapport Spinetta sur l’avenir de la SNCF est d’ailleurs révélateur de ce tropisme parisien. S’il propose de supprimer les lignes non rentables qui, bien souvent, desservent les territoires ruraux, aucune réflexion sur l’aménagement des territoires, sur les déplacements, sur le transport de demain. On se souvient de la remarque d’Emmanuel Macron conseillant la mobilité aux salariés de GM&S alors que, dans ces territoires, 60 km comptent bien plus en temps de transport qu’en région parisienne ou dans les métropoles forcément bien desservie par les transports en commun et la SNCF.
Les Etats Généraux de l’Alimentation, dont on attend encore les résultats concrets, là encore tracent un chemin mais, comme le disait Raffarin, « la pente est raide » ! Le projet de loi s’attaque, pour l’essentiel, à la question de la formation des prix des produits alimentaires avec une plus juste répartition de la valeur ajoutée afin d’assurer un revenu décent aux agriculteurs. C’est très bien mais ce projet risque de donner naissance à une nouvelle « usine à gaz ». Et il ne répond que partiellement aux enjeux.
Quelle stratégie pour notre agriculture, donc pour notre territoire ? La nourriture est l’un des enjeux d’aujourd’hui. L’espérance de vie augmente, donc la volonté de se nourrir mieux pour vivre mieux, et plus longtemps. Circuits courts, bio… sont autant de marqueurs qui rattachent les citadins à la terre. Il y a là un enjeu du territoire fort. Qui plonge dans nos racines. Souveraineté alimentaire nationale donc, mais aussi ambition pour continuer de jouer un rôle majeur face au défi alimentaire mondial.

On le voit, les enjeux des territoires sont bien au cœur de la politique.
L’ami Nicolas Forissier, député LR de l’Indre avec qui j’ai usé mes fonds de culotte au Collectif des Etudiants Libéraux de France, proposait dans une tribune ici

Je propose la mise en œuvre sans tarder d’un véritable outil financier de précaution, défiscalisé et souple d’utilisation, pour chaque exploitation afin de pallier l’instabilité des cours comme des récoltes; l’instauration d’un moratoire sur les normes et contrôles qui asphyxient nos agriculteurs, en s’en tenant aux directives européennes; la modernisation des systèmes de financement du foncier, notamment pour l’installation des jeunes agriculteurs ; un effort massif en faveur de l’innovation et des investissements de modernisation des exploitations pour préparer l’avenir et respecter l’impératif environnemental; un vrai plan de structuration des filières etc…
Il y a urgence, bon sang!

 

*

**

 

Parler vrai ? L’actualité c’est aussi l’EM Lyon. La toile s’exclame depuis 3 jours et la tête de Wauquiez est tour à tour pendue au bout d’une pique puis sanctuarisée comme la matrice d’une nouvelle façon de faire de la politique.
Puisque certains m’ont demandé mon avis. Le voici. Et je ne prononcerai pas sur le fond, mais sur la riposte.
Je ne sais pas si ce parler vrai était tactique, pour faire le buzz, ou tout simplement naturel, issu d’un deal avec les étudiants. Ce dont je suis persuadé, en revanche, c’est que les excuses bredouillées étaient de trop. Tout comme la menace de poursuites judiciaires.
Dans ce cas, il faut assumer car cette façon de parler, cash, plait à une large partie de l’électorat LR. Il suffit de regarder les chiffres des différentes enquêtes. Laurent aurait pu dire « Moi au moins je dis les choses, je ne suis pas un politique parisien aseptisé, un produit politique industriel. La langue de bois n’a pas prise lors de cours dans une enceinte ou la parole doit être libre. C’est la toute la tradition universitaire française. Marre des censeurs qui ne connaissent rien ni au terrain et ni à la vie quotidienne des français qui, eux, portent un regard à la fois critique et affectueux au monde politique. Je ne me suis jamais tu. Je ne vais pas commencer. »

Maintenant, je ne suis pas à sa place (heureusement !), l’art est difficile et le commentaire libre et dégagé de toutes contraintes !

 

Les Commentaires ( 6 )

  1. de Fred Roux tout court
    posté le 19 fév 2018

    Cher Eric,
    c’est dans le Puy-de-Dôme que le président Macron s’est rendu le mois dernier, pas en Haute-Loire (il y est déjà allé, mais davantage dans le cadre de visites privées à ses amis les Marcon de St Bonnet le Froid).
    Je précise d’ailleurs que dans mon village du Chambon sur Lignon et environs, très rural et très ‘clientélisé’ par le clan W, fils et mère, Macron a été en tête dès le premier tour, et sa candidate également lors des législatives.
    Le positionnement de W comme représentant de la France rurale contre la France des villes est une vaste et grotesque fumisterie, et je m’étonne qu’on puisse encore apporter la moindre crédibilité à tout ce qui sort de la bouche de ce triste sire, qui pratique une politique du siècle dernier.
    Quant au rapport sur la SNCF, que je n’ai pas lu, il me semble (j’ai écouté Spinetta à la radio) qu’il ne prône pas la fermeture pure et simple de lignes, mais s’interroge sur la nécessité de passer par les rails, ce qui induit des coûts fixes très important. La mobilité, l’aménagement du territoire, peuvent progresser autrement qu’avec des lignes de train.

      Répondre

  2. de Erick Roux de Bézieux
    posté le 19 fév 2018

    Cher Frédéric, je connais ton appétence pour les Wauquiez mère et fils, donc je ne répondrai pas sur ce point. Pour les vœux du Président de la République au monde agricole, le local que tu es a raison, c’était à Saint-Genès-Champanelle dans le Puy de Dôme cher à VGE et à son fils Louis ;-)

    Sur la SNCF, ce rapport donne des pistes d’action qui seront vraisemblablement suivies mais il ne fait pas de prospective ce qui est dommage sur une thématique qui nous engage sur des dizaines d’années.

    Merci d’avoir lu jusqu’au bout mon papier ;-)

      Répondre

  3. de Alexandre Stuff
    posté le 19 fév 2018

    Comme d’hab, c’est long. Faudrait apprendre à faire court. Mais bon, c’est bien documenté et ça ouvre des portes.

      Répondre

  4. de jerome manin
    posté le 19 fév 2018

    « Faut-il prendre Wauquiez pour un bleu d’Auvergne ? » Charles

      Répondre

  5. de Anne Pellet
    posté le 19 fév 2018

    Excellentes analyses que je partage , y compris pour l’épisode EM-LW. Exercice et cours de communication en tout cas réussi en terme de buzz. Notamment avec un principe de base démontré : il n’y a pas de « off » en politique, il n’y a pas non plus de hasard en politique.. Tu as raison, quand on arrive à ce stade, il faut assumer !
    Pour l’éternelle relance du débat sur les territoires, j’ajouterai que les temps évoluent avec une demande d’une meilleure qualité de vie donnant plus de chance aux villes moyennes surtout si elles présentent un attrait et fierté notamment touristique et culturelle. A condition, et on y arrive, que les territoires soient connectés, pas que par des axes routiers mais surtout par internet. Plus, cerise sur le gâteau, l’autonomie énergétique qui est aussi en pleine révolution grâce à des innovations très intéressantes (méthanisation, hydraulique, hydrogène, solaire de plus en plus local et performant comme sur les toits d’immeubles ou ombrières de parkings… (je ne parle pas d’éolien que je pense devenir ringard).
    Les entrepreneurs français pour réussir, sont bien obligés de se rattraper sur l’innovation qu’elle soit technique ou marketing pour compenser ce qui les plombent toujours avec les charges et réglementations (souvent plus françaises qu’européennes). Et question innovation, recherche et développement, la France est excellente et la Région Auvergne Rhône Alpes, la première en la matière.
    De bonnes raisons de rester optimistes !

      Répondre

  6. de Philippe
    posté le 19 fév 2018

    Trois autres remarques pour expliquer l’incapacité de Macron et de son staff à comprendre, et sans doute à être ému par la tragédie du monde rural :
    - EM fait partie de la 1e génération qui n’aura vu personne de sa famille travailler la terre ou y être attaché. Bien sûr il y a des générations de bourgeois urbains, mais c’était une minorité de la population. Cette minorité est désormais majorité.
    - EM n’a pas d’enfants. Ce n’est pas un jugement de valeur mais un fait. Il n’a donc pas la même capacité que d’autres à se projeter. Sa mécanique personnelle rejoint sa propre finitude. Et donc le temps court. Au détriment du temps long du monde rural.
    - Plus prosaïquement, les clientèles sacrifiées du monde rural ne savent exprimer leur désarroi que par des suicides, des déprimes et de temps en temps des monceaux de fumier pour réveiller le sous-préfet (plus aux champs). S’ils soustrayaient des parties entières du territoires au droit commun pour y faire régner l’ordre du dealer pour les uns ou de l’imam pour les autres, ils seraient plus entendus.
    Notre monde n’a malheureusement plus de place pour ceux qui ne se battent plus.

      Répondre

Poster un commentaire


4 + deux =