Il était une fois…

Tous les contes démarrent par cette phrase qui a bercé notre enfance. « Il était une fois… »
Cette semaine encore, ils ont été nombreux à démarrer leur discours par « il était une fois… » De façon consciente ou inconsciente.

Il était une fois… un premier ministre en goguette à Lyon avec une partie de son gouvernement pour annoncer 1 000 mesures et 26 milliards d’euros pour la relance.
Comme il est d’usage, notre bon Maire, Gérard Collomb, a rencontré François Fillon (je crois même qu’ils se sont vus à l’heure du déjeuner) et lui a remis une lettre de doléances reprenant les priorités de l’agglomération lyonnaise.
Le lendemain, les Verts, alliés de circonstance du PS à Lyon, tâclaient avec application leur allié-boss !
Je cite leur communiqué de presse, fautes d’orthographe incluses :

« Quelques contrastes sont affligeants…
Le dossier des HCL (Hospices Civils de Lyon) est d’abord évoqué sans aucun chiffrage et sans demande précise sur le plan financier, alors que les dossiers sont prêts… et à disposition. Seule une petite phrase « La situation difficile des HCL dûe principalement à la nécessité d’investissements lourds dans un établissement qui n’en avait pas connu depuis plus de 30 années ».
Le Grand Stade, dit OL Land à Décines, est exposé, chiffres à l’appui et avec grande insistance envers le rejet par la commission paritaire de l’amendement dont l’objectif était d’autoriser les collectivités locales et l’État à financer des projets privés, voire à faire des rabais sur les terrains appartenant aux contribuables du Grand Lyon.
Dans le même sens, il faudrait soutenir Euronews (NDLR : son déplacement d’Ecully à Lyon) qui a déjà coûté une fortune aux collectivités locales et aux deniers publics.
Les Verts estiment qu’avec un argent devennu brutalement rare, il doit s’investir prioritairement dans les hôpitaux, les logements sociaux, les transports collectifs pour les habitants, le contournement du frêt de l’agglomération, les économies d’énergie, les énergies renouvelables … »

Il était une fois une majorité et un maire qui risquent bien d’avoir, un mandat encore, des soucis de cohérence… mais tant que les Verts auront besoin de lui pour exister localement, l’histoire n’ira pas bien loin. Il était une fois des opposants bien serviles…

Il était une fois un Pape qui, parce que l’Eglise est là pour réunir, décida d’ouvrir ses bras aux « renégats lefebristes » en levant leur excommunication. Patatras, quelques jours plus tard, l’un d’entre eux, évêque de surcroît, se permet de tenir des propos négationnistes. Pour lui, « pas un seul juif n’est mort dans les chambres à gaz ». Niant même l’existence des chambres à gaz ! Pour lui encore, « Je ne crois pas que 6 millions de juifs aient été gazés ». (la vidéo d’un clic).
Il a récidivé samedi dans Der Spiegel, mettant le Vatican dans l’embarras. Pour lui, « si je trouve des preuves alors je rectifierai (les propos tenus). Mais cela va prendre du temps. »
Remarquez, il s’était déjà fait honorablement (!) connaître en reprenant en 2007 des théories fumeuses sur les attentats du 11 septembre…
Pour lui, encore une fois, les attaques terroristes du 11 septembre ont été montées par les Etats-Unis « pour pousser l’opinion publique américaine à accepter les invasions de l’Afghanistan et de l’Irak ».
« Sans le 11 septembre 2001, il aurait été impossible d’attaquer l’Afghanistan ou l’Irak. Les forces à l’intérieur du gouvernement des Etats-Unis souhaitaient absolument attaquer et détruire l’Irak. Les destructions infligées à l’Irak sont indescriptibles. Et maintenant, les mêmes forces souhaitent faire la même chose avec l’Iran… Ces forces pourraient même être en train de comploter un second 11 septembre… »
« La chaleur dégagée par la combustion du carburant des avions qui ont percuté les tours jumelles du World Trade Center n’a pas pu faire fondre les 47 colonnes d’acier contenues dans chacune des tours et causer leur effondrement. Par ailleurs, un avion de ligne commercial ne peut avoir transpercé six des dix murs qui ont été éventrés par « quelque chose qui a percuté le Pentagone. »
A la question du journaliste qui lui demande: « Qu’est-ce qui a percuté le Pentagone, selon vous ? », Mgr Williamson répond in petto : « C’est un missile qui a percuté le Pentagone. C’est un missile qui ne peut avoir été tiré que par l’armée des Etats-Unis! »
Pour mémoire, la Fraternité Saint Pie X a provoqué un schisme en 1988 après avoir refusé les enseignements du concile Vatican II de 1965. Ils contestent notamment la notion de liberté religieuse, l’abandon de la doctrine attribuant aux juifs la responsabilité de la mort du Christ, et refusent de reconnaître la forme ordinaire du rite romain. Avec, pour bon nombre d’entre eux, que je connais, une aversion affirmée des juifs. Oubliant qu’ils prient un Seigneur lui même juif. Il était une fois, il y a plus de 2000 ans…

Il était une fois un Président qui voulait (vieux rêve socialiste porté par DSK notamment) supprimer la part de la taxe professionnelle générée par les investissements (équipements et biens matériels).
Je n’entrerai pas dans la bataille de chiffres. 8 milliards à l’UMP, 20 au PS, 26 chez les Royalistes. Qui dit mieux ?
Non, la phrase à relever était de Xavier Bertrand : « la perte de recettes pour les collectivités territoriales sera entièrement compensée. » Et c’est là où le bât blesse car les collectivités sont de plus en plus dépendantes des dotations de l’Etat. Et l’indépendance se juge à l’aune des impôts que l’on prélève directement. Il était une fois le jacobinisme ?

Il était une fois une ville qui, par son histoire et son présent, était éminemment francophone. Sauf qu’elle n’en avait pas conscience. J’ai été quelque peu éloigné de mon clavier pour cette cause francophone (et par le bureau !). Nous sommes en train, à la Maison de la Francophonie, de préparer le mois de la Francophonie dans le Grand Lyon. 20 communes ont choisi de porter le thème « Mon voisin est francophone ». Près de 150 manifestations… Le 6è arrondissement, bien sûr, là où l’aventure est née, mais aussi Vaulx-en-Velin, Caluire, Villeurbanne, les 8 autres arrondissements de Lyon, Irigny, Sainte-Foy-les-Lyon, Meyzieu, Limonest… Ce sera une belle fête, tout au long du mois de mars. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler. Il était une fois une future ville capitale de la Francophonie !

Les Commentaires ( 12 )

  1. de Jérôme Manin
    posté le 8 fév 2009

    Si les contes commencent par « il était une fois », Erick nous montre qu’une des spécificités de la gauche lyonnaise est que les comptes aussi commence par « il était une fois »…

    Lyon capitale de la francophonie est un défi qui personnellement me motive… « Le premier instrument du génie d’un peuple, c’est sa langue. » H. Beyle

    [HS] Note perso : je fais passer ma cotisation dans la semaine [/HS]

      Répondre

  2. de Italien de Lyon
    posté le 9 fév 2009

    A propos d’orthographe…
    Bât : Selle des bêtes de somme pour le transport de leur charge.

    « C’est là que le bât blesse »

    Signification :
    Ceci est la cause d’une peine ou d’une souffrance.

    Origine :
    L’expression apparaît dès le milieu du XVe siècle en référence aux bâts que l’on posait sur le dos des mulets et sur lesquels on accrochait les charges qu’ils transportaient. Ainsi, les bêtes dont le bât était mal fixé ou trop chargé avaient des plaies qui les faisaient souffrir. Dire « C’est là que le bât blesse » revient donc à dire que l’on a trouvé la cause d’une souffrance (psychologique en général), ou le point sensible d’une personne.

      Répondre

  3. posté le 9 fév 2009

    Bien vu l’Italien ! Elle était passée à travers… C’est corrigé ;-)

      Répondre

  4. de Jérôme Manin
    posté le 9 fév 2009

    N’est-ce pas plutôt le bas de laine qui est blessé ?
    Bon, ça va je me rendors…

      Répondre

  5. posté le 9 fév 2009

    Lyon Capitale de la Francophonie ! c’est une idée fantastique bravo !
    Quant aux verts malgré leurs fautes d’orthographes, j’avoue être d’accord avec eux, les investissements doivent aller en premier à ceux qui en ont le plus besoin (construction de logements sociaux) puis privilégier les investissements d’intérêt général (infrastructures routières, ferroviaires…)
    Bien à toi, bravo de tenir si bien le cap

      Répondre

  6. posté le 9 fév 2009

    Très bon billet… Rien à rajouter. Bonne semaine

      Répondre

  7. de david jourdes
    posté le 9 fév 2009

    Comme toujours plusieurs thèmes pour un seul message …

    La crainte de passer à côté de quelque chose …

    L’affaire de ce « prêtre » …

    On pressent le renouveau de l’antisémitisme dans son discours, on subodore le collaborateur …

    Force est de constater que l’on ne peut refermer le dossier de l’antisémitisme et ce triste sire vient de dater l’impossible rupture d’entre les idées nauséabondes et l’Eglise lorsque celle-ci se réclament de la Fraternité Saint Pie X …

    Je pense que nous devons être prudents.

    Comme dans les années 20, on observe que la haine, même se montrant à peine, s’imprime, se pense derrières quelques articles injurieux ou certaines opinions, certes encore timides, mais annonciatrices de comportements détestables !

    L’antisémitisme est une aberration intellectuelle !

    Nous devons donc, plus que jamais, dénoncer les inquiétantes dérives de l’ultra-pacifisme « pro-nazi » qui se fait jour dans certaines fractions de la gauche française mais aussi dans ces milieux obscurs de la religiosité fondamentaliste !

    Et si nous ne les faisons pas taire, d’ici quelques temps, ils vont vouloir invoquer la doctrine de saint Thomas d’Aquin sur les Juifs et il ne convient pas d’oublier que nous vivons une République laïque ! Si la France sous couvert de la « maison de la francophonie » veut aujourd’hui être à la hauteur de son histoire et apporter au monde, pour une énième fois, une certaine idée de la liberté de penser, d’écrire, d’échanger, elle doit alors déclarer toutes les formes de racisme et d’antisémitisme comme contraires à l’idée même de Nation.

    Aussi nous devons condamner ce Richard Williamson, « évêque » excommunié car son propos est abominable ! Et si les chrétiens apaisés que nous sommes n’avaient pas la possibilité de se faire entendre par le Vatican alors nous devrions nous convertir à une autre religion !

    Pour le problème de la Taxe professionnelle, car c’est devenu un réel problème pour les collectivités locales, je trouve ce choix scandaleusement injuste. Déjà certaines régions, certains territoires sont presque oubliés économiquement parlant … Si en plus on vient à supprimer les faibles revenus tirés du faible tissu économique local, je crains que nous n’assistions à une paupérisation dramatique de certaines populations !

    Et puis disons les choses …

    Ces pertes pour les budgets locaux vont se trouver compensées par de nouveaux impôts locaux car il faudra bien remplacer cette taxe par autre chose …

    J’ai entendu que le Président entendait compenser les pertes par la « taxe carbone », ce qui s’avère déjà insuffisant et presque contre-productif …

    Et cette taxe carbone sera payée par qui ?

    Par les entreprises polluantes ? Dans ce cas, doit-on imaginer que les bassins d’emplois du Nord seront ceux qui financeront cet impôt alors qu’ils sont déjà en difficulté ? Ou plus « équitablement », sera-t-elle payée par les citoyens ? Ce qui me semble le plus probable mais qui dans le contexte de crise actuel cela ne soit une fois encore contre productif puisque la perte de pouvoir d’achat s’aggraverait … Donc, se faisant, se répercuterait sur la consommation et donc sur l’emploi …

    J’aime l’esprit des lois tant ceux qui agissent semblent le faire avant tout pour leur propre compte … Mais au dernières nouvelles l’activité du gouvernement n’est pas de satisfaire le Medef mais bien de gérer les uniques affaires de la République !

    J’aimerais que nos élites se repositionnent tant elles apparaissent de plus en plus comme les agents principaux du dévoiement de l’intérêt général !

    L’Etat ne doit symboliser la défense des intérêts particuliers mais au contraire assurer au plus grand nombre la garantie d’un « mieux vivre ensemble » !

      Répondre

  8. de david jourdes
    posté le 9 fév 2009

    Nota : Je ne perçois mes « fautes » qu’à la lecture de mes envois ! Fautes de frappes … Il me faudra préparer des « brouillons » ! Contrairement à ce que pense JM, je n’ai pas besoin de « trop » de cours de français ! Lol

    Mon chèque de cotisation « Maison de la Francophonie » est parti !

      Répondre

  9. de Jérôme Manin
    posté le 9 fév 2009

    @Falconhill
    C’est toujours calmant d’écrire un commentaire après un « Rien à rajouter. ».. On a pas l’impression de dire des conneries. mdr

    @David
    Bop Bop, c’est quoi cette allusion ? Je n’ai jamais fais la moindre allusion votre français et serais d’ailleurs bien en mal de le faire…

    Pour la taxe carbone… je n’utilise personnellement plus de papier carbone.

      Répondre

  10. de david jourdes
    posté le 9 fév 2009

    @ Jérôme

    Un « sondage » facebook !!! Mais rassurez vous, je l’ai bien pris !

    Il est cependant vrai que se relisant, parfois, on perçoit ses fautes de frappe … et ce n’est pas satisfaisant !

      Répondre

  11. de Stéphane
    posté le 10 fév 2009

    Je suis toujours frappé de voir que les posts de Mister ERB sont toujours à plusieurs niveaux de lecture, voir à tiroir. Ce qui ne rend pas toujours les commentaires aisés. Sur le premier point et la pseudo relance de l’entreprise France je crois que même les plus farouches défenseurs du petit Napoléon n’y voit pas un grand remède miracle.

    En pleine crise, il est facile de commencer à raconter une belle histoire, il est bien plus difficile de faire vivre le conte au français pour qui le bénéficiaire des « investissements » reste ceux qui, déjà, s’en sortaient le mieux.

    Argument magnifique pour faire dérapper les déficits, il ne restera bientôt plus que l’inflation pour ne point faire payer la note à nos enfants …. Alors franchement ce qu’en pense Cochet, Collomb, les Verts ou le Queyranne …. on s’en tamponne le coquillard.

    Ils occupent l’espace.
    C’est ce que j’appelle la politique « à la criée ».
    Et nous ne sommes points populistes.

      Répondre

  12. de Pierre Gandonnière
    posté le 13 fév 2009

    Moi j’aime bien l’expression : « le bas blesse ». Quand on pense à ce qu’était tout ce arnachement avant les collants, on comprend qu’à la fin de la journée, ça puisse « blesser ». Et puis ça sonne presque comme une invitation : »-Monsieur, mon bas me blesse !  » « -Madame, permettez-moi de vous en délivrer ! »

      Répondre

Poster un commentaire


huit × 2 =