Ce soir, je ne recevrai pas…

Samedi soir, 22h45, j’étais comme de nombreux lyonnais devant la télé pour voir le duel des deux Eric (Zemmour et Naulleau) vs Gérard Collomb dans l’émission de Laurent Ruquier, « On n’est pas couché ». Collomb remplaçait au pied levé la Dame du Poitou qui avait exigé que les deux interviewer ne soient pas au générique. Provoquant le refus de la production et les commentaires acides des Eric : “Ségolène Royal ne mesure pas les conséquences de cet incident. (…) Cela conforte tout ce que l’on entend de négatif à son sujet et relève du caprice. » Le ton était donné. Ils étaient chauds. Et dès les premières minutes, ça démarrait mal…
« Alors, Monsieur Collomb, que dois je faire maintenant ? » Question rituelle à l’invité politique dont on imagine qu’il a bien mieux à faire de ses samedis soir que de traîner devant la télévision. « Heu, vous devez lancer l’émission », répond un brin décontenancé Collomb. Perdu ! La tradition de l’émission est le « Ce soir, nous ne recevrons pas… », suivi d’une liste de personnalités brocardées par l’humoriste.

Alors, ce soir, je ne recevrai pas… Gérard Collomb.
Et pourtant, il faut bien le reconnaître, il a fait un quasi sans faute face aux deux langues de vip du Paf (pour voir ou revoir, c’est ici). Maniant humour et pédagogie, il a réussi à faire passer ses messages face à un Eric Zemmour très en verve. J’ai même cru qu’ils allaient en venir aux explications de texte sur le saint simonisme dont Gérard Collomb se pare. « Pour ma part, je préfère le duc au comte », lâcha cruel Zemmour, marquant là son goût pour les chroniques d’une époque et son scepticisme sur l’interprétation de Collomb de ce courant de pensée né au XIXè siècle.
Moment de grande rigolade lorsque le maire de Lyon lâcha, à propos de sa « fronde » contre les listes socialistes aux européennes, qu’il préférait le débat, l’explication à l’obéissance. Lorsque l’on sait la manière dont il a demandé à ses camarades d’obéir aux dernières municipales… Mais bon, vérité à Lyon, erreur au delà !

Zemmour crut porter l’estocade en comparant le PS à la SFIO, parti de notables persuadés que leurs recettes municipales pourraient être transposées au niveau national. « François Hollande fut le Guy Mollet de cette SFIO ! » Effet du montage peut être, mais on n’a pas eu droit à la réplique de Collomb. Enchaînement direct sur la question suivante.
Un point d’accord des commentateurs : « une ville donne la couleur politique à ses élus et non l’inverse ». Témoin, poursuit Poivre d’Arvor invité pour parler de son dernier livre « Juppé, transformé par Bordeaux, ou Aubry humanisée par Lille. » Lyon fut la capitale de l’UDF. Collomb finira-t-il au Modem ?

Ce soir, je ne recevrai pas Nathalie Perrin.
La mairesse du 1er arrondissement, et toute nouvelle secrétaire nationale du PS, sort ses griffes. Elle se lâche dans tous les supports de presse, marquant à la culotte son patron, le maire de Lyon. Il tape sur le PS, elle lui assène un coup de gourdin dans les omoplates. Ping, pang. Les arguments sont ventilés façon puzzle aux quatre coins de Lyon. Témoin cet article du Progrès de ce matin. Extraits.

La jeune élue juge « irresponsables » les critiques de Gérard Collomb sur la désignation par la direction du parti, des têtes de liste aux Européennes. « Je lui reproche de mettre à mal le travail du PS fait depuis trois mois. Ce n’est pas correct. Les listes aux Européennes respectent strictement le poids des motions. » (…)
Dès la constitution des listes en vue des municipales il y a un an, Perrin-Gilbert a reproché publiquement au maire sortant la « trop grande place accordée à des gens loin du PS » : des centristes et un UMP (Richard Brumm, actuel adjoint aux finances). « Si c’est ça le modèle lyonnais qu’il veut exporter, il n’a qu’à faire comme Eric Besson, et rejoindre Nicolas Sarkozy » suggère le maire d’arrondissement

Imaginez seulement la tête des Broliquier, Cochet et autres Havard en cas de transfuge. MDR !

Ce soir, je ne recevrai pas Alain Joyandet.
Pour la bonne raison que je l’ai reçu vendredi à la Maison de la Francophonie. Le secrétaire d’Etat à la coopération décentralisée et à la francophonie a lancé le mois de la francophonie dans le Grand Lyon, « Mon voisin est francophone. » Le compte rendu est là

Ce soir, je ne recevrai pas Nadine Morano.
Et pourtant, il y en aurait à dire sur le projet de loi de cette femme qui me semble assez courageuse. Non, je retiens un texte de loi déposé mercredi à l’Assemblée par le dynamique député Richard Maillé sur la garde alternée. Ce texte vise à en faire le mode de garde par défaut, comme en Belgique ou en Italie. Il appartiendrait alors au parent réfractaire de justifier sa position, inversant ainsi la charge de la preuve.
Le texte renforce aussi la médiation familiale et l’écoute des enfants dès l’âge de 7 ans afin que leur parole puisse être prise en compte par le juge. Pour en savoir plus, téléchargez la proposition de loi ici. Vous êtes pour ? Un clic et allez signer là.

Les Commentaires ( 11 )

  1. de Jérôme Manin
    posté le 8 mar 2009

    Il faut être bien complaisant et aimer Lyon plus que ceux qui la défendent tristement pour parler d’un sans faute de Collomb chez Ruquier, en effet on a parlé de Lyon. Mais, si l’image d’un petit baron provincial un rien suffisant est attaché par Paris à la personne de Gérard Collomb, on sait pourquoi.

    Les gesticulations de Nathalie Perrin-Gilbert sont une manœuvre un peu grossière pour justifier son irresponsabilité sur l’échec de la gestion du 1er arrondissement, en même temps que de se rapprocher du PS central qui fait (on le voit pour les européennes) les investitures. Elle réserve ainsi très tôt avec l’appui de Muet sa place à l’assemblé pour les prochaines législatives.

    Le texte de Nadine Morano est en avance, souhaitons que des prises de positions idéologiques ne concernant que des appartenances politiques ne viennent pas troubler le débat et qu’elle est face à elle la même raison que celle qui a permis le vote du texte de Jean Leonetti.

    Et, aimer votre voisin comme vous même, il est francophone ;-)

      Répondre

  2. de david jourdes
    posté le 8 mar 2009

    Pépète … le festif à la noix ! Faire du socialisme selon Napoléon III … Saint-Simon … Pourquoi pas …

    J’ai repensé au surnom que Jérome donnait à notre bon maire … Je préfère à Gégé I er le Pépète de Zemmour ! Pépète et la politique du vélo me semble essentiel à Lyon … V’LOVE ! Mummm !

    J’ai aimé les réponses sur les jeux de corps, des refus des gesticulations …

    Et je trouve étrange d’entendre ces socialistes de nous parler d’autorité !

    En période de crise, comme après celle de 1929, je crains le pire lorsqu’un socialiste parle d’ordre …

      Répondre

  3. posté le 9 mar 2009

    Collomb a fait un sans-faute ?

    Nous n’avons pas dû voir la même émission …

      Répondre

  4. de Jérôme Manin
    posté le 9 mar 2009

    @Philippe Sage
    C’est la philosophie des adeptes de Collomb.
    « Il faut y croire pour le voir »
    N’hésitez pas à le répéter en boucle des fois que ça puisse devenir vrai, mais vous ne convaincrez que les mal-comprenants déjà acquis :-)

      Répondre

  5. posté le 9 mar 2009

    @ Philippe
    Certes, en valeur absolue, Collomb a été moyen.
    Il n’est pas charismatique, peu entrainé pour ce type d’émission et il ne fait pas partie de la « jet set » médiatique, donc une victime facile pour les deux z »Eric.
    Donc, en valeur relative, il a été bon… D’autant qu’il a su faire preuve d’une once d’humour.
    Il faut dire que l’on s’attendait tous à l’hallali. Ce fut une bonne surprise.

      Répondre

  6. de sosso de savoie
    posté le 9 mar 2009

    N’ayant pu voir l’émission vendredi, j’ai bien apprécié le podcast!
    Collomb, en super communicant ne s’est pas laissé démonter. J’ai retenu une de ses réparties « On ma quitté mais moi je n’ai quitté personne » Pas mal en guise de programme…pour Lyon

      Répondre

  7. de david jourdes
    posté le 9 mar 2009

    Mais dites-moi … Doit-on penser que Gérard Collomb puisse se rallier au Modem ? Dans tous les cas, en demandant un « rejet » des listes européennes proposées par la direction du PS, il participe un peu plus à la fragmentation du PS lui-même … Je ne comprends pas qu’une union dite de « gauche » ait pu se faire autour de sa candidature !

      Répondre

  8. de BENOIT
    posté le 9 mar 2009

    Pas si mal Monsieur Gérard C.! Ca reste un exercice difficile dont il excelle peut être moins bien que ses prédécesseurs..
    Manquais l’expérience d’un ministre..

    HA l’ouverture…….
    D’une porte peut être?..
    Comme dirait un certains Pierre D., une porte est ou verte ou bleu!
    Les partisans convaincus n’ont qu’à choisir. Moi, c’est fait !

      Répondre

  9. de Jérôme Manin
    posté le 11 mar 2009

    Le titre de l’article : « Ce soir, je ne recevrai pas… » est-ce parce que Erick a reçu hier te qu’il va recevoir demain ?

      Répondre

  10. posté le 11 mar 2009

    @ JM : des coups de batons ? des copains à dîner ?
    Pour ma part, je préfère la seconde réponse. Table ouverte pour JM !

      Répondre

  11. de david jourdes
    posté le 11 mar 2009

    Pépète est un ami ? http://boitam.eu/ ! Lol !

      Répondre

Poster un commentaire


cinq × 8 =