Elections pièges à … ?

Depuis quelques jours, la France vit au rythme des élections. Certaines monopolisent les rédactions, d’autres passent inaperçues. Certaines sont contestées, attaquées, d’autres recueillent l’unanimité. Certaines jouent la transparence, d’autres tardent à livrer leurs secrets. Néanmoins, pas de quoi faire ressortir de sa boite le fameux slogan de mai 68, « Elections, pièges à cons ! » Quoique…

Le Parti Socialiste n’en finit pas de s’entre-déchirer. Chaque heure nous apporte un nouveau décompte en provenance d’une fédération. Aux erreurs manifestes s’ajoutent des soupçons de fraudes, des histoires d’urnes opaques, de coupures d’électricité, de bureaux de votes déplacés au dernier moment… Bref, on se croirait revenu à la belle époque des banlieues communistes, où la fraude était sport local, ou bien, plus près de nous, à Perpignan avec sa désormais légendaire « fraude à la chaussette » en faveur du très contesté maire UMP local.
Bref, tout ceci ne fait pas avancer le radeau socialiste. Jaurès doit se retourner dans sa tombe pendant que les deux dames (l’une de cœur et l’autre de pique !) se déchirent la dépouille.
Il faut dire que ce résultat, digne du feuilleton en Floride du duel Bush/Kerry de 2004, semble à mille années lumières de la campagne des primaires US de 2008. Car l’enjeu est bien là : les présidentielles de 2012. Le quinquennat a en effet modifié en profondeur la donne. Celui ou celle (celle en l’occurrence) qui sera élu à la tête du PS terminera son mandat en 2011, soit à la veille des présidentielles. On ne saurait rêver plus beau tremplin de candidat.
Si j’ai écrit que dans ses discours, Aubry avait un profil de patron, je reste persuadé que la tant moquée (jusque sur mon blog !) Madone du Poitou est une chance pour les socialistes. Ou plutôt pour les sociaux-démocrates. Elle est certes atypique, agaçante sur bien des points, mais elle est en train progressivement d’imposer un style qui peut séduire bien au-delà de son camp. Une présidentielle se prépare très en amont. Elle a pris de l’avance sur les autres socialistes… Un parcours à observer avec attention. D’ailleurs, elle reste la seule cible de la droite, preuve de sa dangerosité. En attendant, je garde un œil sur les Peillon, Hamon et autres Valls qui sont devenus en quelques jours les véritables leaders d’un PS encore en devenir.
Pendant que j’écris ces lignes, le feuilleton continue. Le fil de l’AFP s’emballe… Manuel Valls, lieutenant de Ségolène Royal, a annoncé sur Canal + à midi qu’une plainte serait déposée pour « faux en écriture » contre un décompte de voix de militants socialistes à Lille, bastion de Martine Aubry. Une heure pétante après, le premier secrétaire de la fédération PS du Nord, Gilles Pargneaux, proche de Martine Aubry, a annoncé qu’il porterait plainte pour diffamation contre Manuel Valls. Le PS, c’est comme les Galeries Lafayette, il s’y passe toujours quelque chose !

Du 15 au 21 novembre, c’était les élections internes de l’UMP. En lice, les postulants au secrétariat de circonscription, au conseil national et à l’animation des circonscriptions. Dans le Rhône, j’ai observé avec attention les listes, réparties entre candidats représentant les nouveaux militants et candidats représentant les militants plus anciens. Parmi ceux-ci, le nom du revenant Michel Noir qui a tenté, et perdu, la mobilisation anti-Emmanuel Hamelin sur la seconde circonscription. Etre et avoir été ?
21 novembre, c’était il y a deux jours. Le scrutin se déroulait par internet ou directement, avec un bulletin, dans les fédérations départementales. C’était il y a deux jours, et toujours pas de résultats officiels sur le site de la fédération du Rhône. Quelques bribes via les profils Facebook d’élus, ou de battus (clin d’œil à ma copine Isabelle Cochez), mais d’officiel, rien, nada.

Si, le blog de Romain Blachier, le strauss-khanien hérault (héros ?) du PS lyonnais (motion E, Royal) donne des résultats (à lire d’un clic). La politique est toujours source d’étonnement !

Autre élection, celle de Simone Veil à l’Académie Française au premier tour de scrutin par 22 voix sur 29 votants. Chez les immortels, l’information est diffusée en quasi simultané. Et le commentaire de son mari, Antoine, vaut toutes les messes médiatiques : « Le Musée Grévin, l’Académie… J’espère que tout cela ne nous mènera pas au Panthéon ! On n’y trouve que des lits à une place, je trouve cela terrible ! Je préférerais qu’on se retrouve côte-à-côte au cimetière Montparnasse ! »
Jean d’Ormesson, dans son style inimitable, lui rendait hommage dans Le Figaro de vendredi :

Il y a beaucoup de demeures dans la maison du Quai Conti. Des écrivains, des philosophes, des historiens, des poètes y côtoient des savants, des médecins, des avocats, des ambassadeurs, des politiques. On s’y occupe de la langue, du savoir, de la beauté, du passé et de l’avenir. Le rire y a sa place, et la curiosité, et l’étonnement, et l’effroi. Avec Simone Veil arrive un témoin de la cruauté des hommes et de ce mal qui a marqué si fort notre temps. Et une combattante des droits de la femme. Et une pionnière d’une Europe de la réconciliation entre les peuples, de la justice et de la paix.
Simone Veil est une de celles qui sont passées avec une âme d’acier dans l’enfer de la Shoah. Peu de femmes ont subi avec tant de dignité, tant de souffrances, tant d’attaques et tant d’outrages. Elle a donné l’exemple d’une vision de l’avenir poursuivie avec une hauteur d’esprit et une énergie exceptionnelles.
Jetée dans le monde moderne, Mme Simone Veil donne l’image d’une de ces femmes des temps anciens qui unissaient une sérénité au moins apparente à un caractère indomptable. Elle est une icône de notre époque, une de celles qui ont changé, sous des torrents d’injures, la condition des hommes – et des femmes. Elle a connu le fond de la souffrance humaine, et elle l’a dominée. L’élection d’une grande dame de notre temps honore l’Académie française et fait passer sur la vieille institution comme un souffle d’espérance.

Si Ségolène ou Martine sont élues première secrétaire du PS, elles le devront aussi, un peu, aux combats de Simone Veil.

Dernière élection, plus anecdotique, en tout cas pas de nature à faire trembler sur ses bases la vie politique locale et nationale : la mienne !
J’ai en effet été élu vendredi soir président de la Maison de la Francophonie. Une maison, première d’un réseau qui couvrira dans les années à venir les grandes métropoles françaises. A l’unanimité ! Il faut dire que j’étais le seul candidat. Une élection facile en somme. Et un plan de mandat dense. Comme me le confiaient certains membres du bureau « tu veux notre peau ! »
Soutenue par l’Organisation Internationale de la Francophonie, la Présidence de la République, la ville de Lyon, le département du Rhône, la Chambre de Commerce et d’Industrie ou encore l’Association Internationale des Régions Francophones, la Maison de la Francophonie a pour vocation de promouvoir la Francophonie à Lyon et dans toute la région Rhône-Alpes.
Son objectif : développer à terme un véritable réseau d’idées et d’influences autour de la Francophonie. (d’un clic son groupe Facebook et son groupe Xelid)
Et dès le lendemain, samedi matin, première sortie officielle avec l’inauguration de la quatrième édition du festival Plume de Lune, organisé par la ville de Tassin la Demi-Lune (le blog de Plume de Lune ici). Un rendez-vous francophone du livre et de la parole au cours duquel j’ai eu le plaisir de revoir Abraham Bengio, l’ancien directeur régional des affaires culturelles, aujourd’hui directeur général adjoint des services de la Région. L’occasion, aux côtés du maire de Tassin, Jean-Claude Desseigne, de son adjointe à la culture, Françoise Rousselot, et de Christian Philip, représentant personnel du Président de la République pour la Francophonie, de prononcer mon premier discours de président.
Bon, c’est pas tout ça, je dois préparer une réunion de travail avec le Corps Consulaire de Lyon sur le thème de la Francophonie prévue lundi soir dans les salons de la Préfecture… Et là, il n’y aura pas de vote !

Les Commentaires ( 30 )

  1. de François Malche
    posté le 23 nov 2008

    Bravo Eric pour cette élection !
    Quant à Vals, il finira ministre de Sarkozy s’il continue comme ça !

      Répondre

  2. de jerome manin
    posté le 23 nov 2008

    Si le titre à fait long feu, il ne dit toujours pas comment on appelle quelqu’un qui tombe dans un piège à con ?
    En la matière, il est dit aussi qu’on ne peut être et avoir été, et bien je prétends le contraire en affirmant qu’on peut avoir été un con avec constance et l’être encore.

    C’est de la balle que t’es à la francophonie, je kiffe grave les cum ki koz savant. total respect
    P’tain je vais aller mangaver à croum un bouquin en sms à Erick

      Répondre

  3. de David Jourdes
    posté le 23 nov 2008

    On ne prend des sujets que ce qui nous raconte quelque chose … Aussi, pour ce qui est de l’allusion à Michel Noir, je ne pense pas que l’on puisse réellement présenter sa candidature comme d’une opposition aussi farouche à Emmanuel Hamelin … Il n’y avait pas de front contre Emmanuel hamelin mais seulement un désir de croire en des jours électoraux meilleurs ! Et Michel Noir n’ayant finalement dit que la vérité. Les fonctions de délégué de circonscription demandent, exigent du temps et de l’énergie. Trop de fonctions annulent l’efficacité, à moins de déléguer … Ce qui est aussi possible mais pas correct …

    Néanmoins, je comprends très bien qu’Emmanuel Hamelin souhaite conserver une place au sein de la circonscription mais y a-t-il sa place à ces fonctions !? Je ne le pense pas. Compte tenu de ses autres obligations, je perçois très difficilement son travail militant …

    Et si beaucoup on voulu présenter Isabelle comme d’un trouble fête, ils se trompent !

    Et c’est ainsi que, pire ou mieux, elle me fut présentée comme la « championne » de comploteurs qui en voulaient à Emmanuel Hamelin ! J’ai tout entendu … J’ai même cru comprendre qu’on en appelait au crime de lèse majesté ! Quelques jours plus tard, « nous étions en guerre » … Il est vrai que j’ai subi quelques remarques assassines … Mais un semblant d’humour masquait les perfides attaques !

    Non habitué à ce genre d’ambiance je ne pouvais que m’indigner … Et je l’ai écrit, ces comportements manquent d’élégance ! Le comble, et c’est ce qui m’a fait reconnaître Isabelle comme la candidate idéale, c’est l’interdiction de réunion qui a suivi l’invitation de Michel Noir ! Je ne comprends pas que l’on puisse interdire les discours politiques dès lors qu’ils ont un rapport avec une élection ! Ou alors, il ne convient plus jamais de réunir lors de « meeting » les citoyens comme cela se fait coutumièrement en France !

    Mais comme on devait me le dire « – David, tu ne réussiras jamais en politique, tu es trop intègre ! »

    (soupir). Cette personne a raison. Mais je ne cherche pas à simuler la démocratie. Je ne peux plus supporter les discours qui entendent défendre la société civile, la diversité mais qui dans les actes ne traduisent rien de cette morale politique.

    Je ne pense pas d’ailleurs que les agissements de certains revalorisent les formes et fonctions des hommes politiques. Dans mon idée, mais peut-être suis-je un attardé, c’est très probable, les citoyens qui aspirent à des fonctions d’autorité doivent impérativement assumer toutes les contraintes induites par les fonctions sollicitées !

    Isabelle Cochez avait les moyens de se consacrer pleinement à ces fonctions. Elle a fait ses preuves sur le terrain. Dans une certaine idée, sa jeunesse la prédispose à l’action militante.

    Mais j’ai surtout l’impression que le pouvoir a été une nouvelle fois abandonné aux seuls modèles issus d’une tradition ancestrale qui ne rendra pas aux militants (de base) l’initiative d’actions réellement raisonnables. Pour tout dire, compte tenu du travail effectué, des problèmes à réunir les militants volontaires aux actions militantes de terrain, il incombera à ceux qui refusent la jeunesse de supporter les défaites futures !

    Et à ces autres qui ne comprenaient pas qu’Isabelle puisse avoir le toupet de s’opposer à Emmanuel Hamelin, j’ai ce besoin de demander ceci … Dites moi depuis quand fonde-t-on la légitimité politique en France sur l’élection d’un homme sans opposition réelle … ?

    Peut-être suis-je une fois encre un attardé, mais qui suppose des élections, suppose plusieurs candidats …

    Pourquoi tant de bruit alors qu’il est normal en démocratie populaire que d’avoir plusieurs candidats pour un poste ? Deux n’étant pas légion ! Ou alors on souhaite faire vivre une République aristocratique mais dès lors, ne nous référons plus à Jean-Jacques Rousseau mais plutôt à Julius Evola !

    Citoyen, militant UMP à jour de cotisation, j’entends suivre les conseils de certains et je veux témoigner une fois encore de ma fidélité au projet défendu par Isabelle Cochez. Et s’il s’avère que l’on a beaucoup voulu présenter Isabelle comme d’une opposante radicale à Emmanuel, ils doivent changer d’avis car Isabelle est animée par la volonté que nos comportements soient déterminés par la volonté de gagner les prochaines élections !

    Il n’y a donc pas d’opposition à Untelle ou Untel à argumenter mais l’unique volonté de donner à Nicolas Sarkozy une assise populaire à l’image de ses rêves pour la France. Aussi, toutes les formes de rancoeurs irréductibles sont à combattre et nous devons développer une d’autres attitudes à l’union.

      Répondre

  4. de Erick Roux de Bézieux
    posté le 23 nov 2008

    @ JM
    Quelqu’un qui tombe dans un piège à cons pourrait porter le même noms que le fruit qui tombe du cognassier…
    Il faudrait citer l’auteur, cher JM. Léon Bloy, dans Exégèse des lieux communs : “On ne peut être et avoir été. Mais si ! On peut avoir été un imbécile et l’être toujours.”. Merci evene.fr !
    Sinon, il y a Coluche : “On dit toujours qu’on peut pas être et avoir été. Eh ben, j’en connais un, dis donc, il a été con et il l’est encore !”

      Répondre

  5. de Erick Roux de Bezieux
    posté le 23 nov 2008

    @ David
    J’ai suivi avec attention le parcours d’Isabelle lors des municipales. Il est clair que sans elle et sa pugnacité, la campagne aurait eu du mal à prendre sur le 4è. Elle était donc légitime dans cette candidature. Quand à l’entrée en selle de Michel Noir, je reste persuadé que ça lui a fait plus de mal que de bien. Les militants en ont marre des éternels retours. A fortiori lorsqu’ils se posent en donneurs de leçons.

      Répondre

  6. de jerome manin
    posté le 23 nov 2008

      Répondre

  7. posté le 23 nov 2008

    Très bon film et extrait même si je ne partage pas, loin s’en faut, l’analyse de la personne qui l’a mis en ligne. Sarko est loin, bien loin, de ressembler à Chalamont. Sur la forme comme sur le fond !

      Répondre

  8. de jerome manin
    posté le 23 nov 2008

    @Erick
    Le titre ajouter n’a évidemment aucune pertinence et inverse même un peu les choses…
    A ce propos, pourquoi les miroirs inversent-ils la droite et la gauche et pas le haut et le bas ?*

    C’est évidemment une boutade mais la réponse se trouve aussi être une puissante clef de lecture des élections.

      Répondre

  9. de David Jourdes
    posté le 23 nov 2008

    Serions nous en train de rejouer Reims à la mode lyonnaise ?

    Déjà que certains deviennent fous en MP, si en plus vous vous attaquez, on risque de donner une impression de déjà vu !

      Répondre

  10. de jerome manin
    posté le 24 nov 2008

    Excellent (Entendu ce matin) : Pour savoir s’il faut un nouveau vote au PS, il n’y a qu’à faire un référendum.

      Répondre

  11. de JP Décines
    posté le 24 nov 2008

    La 13 ème, la seule, n’a pas publié la profession de foi des candidats, oubli ou??
    Les calculs sont difficiles, pourtant certaines villes ou circonscriptions ont publié les résultats Samedi à 16H00.

      Répondre

  12. de Sylvain
    posté le 24 nov 2008

    Erick si tu as voté avec un bulletin papier ce weekend c’était au PS et pas pour l’UMP ! Le scrutin était 100% Internet. Les militants étant invités à se rendre aux permanences ou à la fédération uniquement s’ils ne pouvaient pas avoir accès à Internet.

      Répondre

  13. de jerome manin
    posté le 24 nov 2008

    Sylvain nous dévoile qu’Erick est un agent double qui vient de se trahir sur un détail insignifiant. Impeccable dans son rôle, il avait su endormir les plus méfiants.
    Maintenant en remontant dans le temps il est vrai qu’il y a des tas de choses pas claires autour de l’éminence du réseau Humeau. il est d’ailleurs atrocement suspect qu’il soit reçu partout et que les pingouins du 6ème le salut avec autant de déférence que les syndicalistes du 7ème. Rien que dans le titre du post on trouve un virulent slogan gauchiste côtoyant une particule d’Empire, c’est dire l’étendu du drame.

    Merci Sylvain : Erick, tu es démasqué !
    Au vu de la gravité des accusations nous ne pourrons nous expliquer que devant… une bonne bouteille ;-)

      Répondre

  14. de Caton de Lyon
    posté le 25 nov 2008

    @ERdB
    Les derniers scores de Royal aux élections internes du PS sont effectivement une vraie performance (pour autant elle continue à m’agacer au delà du supportable). Pour autant, le fait qu’elle centralise pour l’instant les attaques de la droite n’atteste pas de sa dangerosité mais procède à mon sens du calcul politique réfléchi. Elle est le meilleur gage de réélection pour Sarkosy et le fait qu’elle singe depuis peu son penchant pour la politique spectacle est une forme de validation de cette nouvelle façon de gouverner.
    Il ne reste plus qu’à la Madone du Poitou d’organiser des dîners mondains chez Maxim’s , quelques afters huppées au Man Ray, une beach party à la Voile Rouge, porter une Patek au poignet et pourquoi épouser un mix de Jean Claude Vandamme et Vincent Delerm et le tour sera joué (le premier et le deuxième).

      Répondre

  15. de jerome manin
    posté le 25 nov 2008

    @Caton de Lyon
    Comment ce qui vous insupporte chez Ségolène Royal peut vous fasciner chez Gérard Collomb.
    Ne seriez vous que simplement misogyne ?

      Répondre

  16. de David Jourdes
    posté le 25 nov 2008

    ou … Pire !

      Répondre

  17. de Le lecteur
    posté le 25 nov 2008

    Si c’est vrai, c’est dans Le Progrès ! Je cite ! Pathétique ce Debiol, quand à Dagorne, qu’elle reste bien au chaud au conseil régional !

    Elections internes à l’UMP: l’autre combat des chefs

    Une semaine durant, les militants du Rhône ont voté et désigné les délégués des quatorze circonscriptions du département. Avec des scrutins tendus dans trois d’entre elles

    filet

    Il n’y a pas qu’au Parti socialiste que les élections internes suscitent débats passionnels et crocs en jambe. Une semaine durant, les 6300 militants UMP du Rhône ont voté -par Internet- pour désigner leurs 14 délégués de circonscription, 25 délégués au conseil national et 350 membres des comités de circonscription. Le scrutin s’est déroulé dans un climat délétère lors de l’élection des délégués d’au moins trois circonscriptions sur quatorze : la 2e, la 3e et la 7e. Mais les invectives n’ont pas été prononcées devant des caméras de télé. Seulement (!) par courrier.

    Ainsi, Jean-François Debiol, délégué sortant de la 7e écrit à Cédric De Lapierre, élu par les militants : « L’avantage, avec les personnes médiocrement intelligentes (ce qui est ton cas), c’est que l’on peut très facilement lire dans leur jeu […] Comme tu rêves d’être candidat aux législatives de 2012, tu as voulu m’affaiblir, moi le candidat logique, en ne me permettant pas de devenir délégué de circonscription. » Puis Debiol menace : « Tu n’auras pas l’investiture UMP aux législatives 2012 parce que je peux t’assurer que c’est moi qui l’aurai quand même […] Réfléchis-y quand même à deux fois, car cette bataille sera présentée par tous y compris par les médias comme la revanche Debiol/Queyranne, et si tu cherches à t’insérer au milieu, tu risques de faire un score si minable qui signera ta mort politique locale (…). Je peux t’assurer, car j’en fais désormais une affaire de principe, que puisque tu as trahi, d’investitures tu n’auras plus ni aux cantonales ni aux municipales (…). Certes, tu as les dents qui rayent le sol et une hypertrophie de l’ambition politique. Pourquoi pas! » Rien de moins.

    Dans la 3e où se sont affrontés la sortante également battue, Laure Dargone et Lionel Lassagne, le climat n’était guère plus serein la semaine passée. Laure Dargone, déçue du taux de participation (pas plus de 30 % dans la circonscription), accuse son rival d’avoir utilisé des moyens « disproportionnés » pour assurer son succès dans une élection interne et les instances fédérales du « manque d’équité » entre candidats rivaux.

    Dans la 2e enfin, le sortant Emmanuel Hamelin a été brillamment réélu face à Isabelle Cochez que soutenait notamment Michel Noir (élu au comité de circonscription). C’est, selon le député battu en 97, l’occasion pour lui de se remettre en selle pour les législatives de 2012. « Les circonscriptions où il y avait un challenge ont eu le plus de participation » se réjouit le secrétaire départemental. Tous, « élus et battus vont désormais travailler ensemble » ajoute Michel Forissier. « Ce n’est pas comme d’autres. » Suivez son regard.

    Jacques Boucaud

    filet
    Election du président le 6 décembre

    Le 6 décembre, le comité départemental élira à Genas le président de la fédération. Aucune candidature n’est encore enregistrée, mais le député Philippe Cochet ne va pas tarder à officialiser la sienne. Quant à Dominique Perben, président sortant, il maintient le suspense et devrait rester discret sur ses intentions jusqu’à la clôture des dépôts de candidature le 28 novembre.

    Le comité départemental est formé des parlementaires, conseillers régionaux et généraux, maires et adjoints des villes de plus de 30000 habitants, délégués de circonscription, du secrétaire et du trésorier fédéral. Les délégués de circonscription élus sont Joëlle Sangouard (1re), Emmanuel Hamelin (2e), Lionel Lassagne (3e), Joëlle Leonhardt (4e), Philippe Cochet (5e), Régis Lacoste (6e), Michel Moiroud (7e), Patrice Verchère (8e), Ludovic Boucaud (9e), Serge Bérard (10e), Renaud Pfeffer (11e), Daniel Aknin (12e), Philippe Meunier (13e) et Lilian Morinon (14e).

      Répondre

  18. de Caton de Lyon
    posté le 25 nov 2008

    @jm:
    Même si Ségolène m’exaspère authentiquement, je n’en suis pas pour autant misogyne- preuve en est, mon indifférence marquée à la sarkophilie du moment.
    Quand à Collomb, il ne me fascine pas mais ayant été quelques instants observateur attentif de la préparation et déroulement de sa campagne des municipales, j’en suis ressorti avec une solide estime pour le bonhomme et sans être devenu de gauche pour autant. Et pour être complet, si j’avais été militant au PS, je crois que j’aurais voté pour Martine.
    Voilà…

      Répondre

  19. de David Jourdes
    posté le 25 nov 2008

    @ Caton de Lyon

    En fait vous êtes plutôt un observateur … Même pas militant au PS … D’ailleurs, y-a-t-il encore de socialistes en France ? Pour le parti socialiste, je crains de dire, sans pour autant être un observateur, qu’il risque fort d’y en avoir plusieurs prochainement …

    Aussi, vous feriez bien de vous abandonner corps et âme à la sarkophilie tant Nicolas Sarkozy va se succéder au gouvernement de la France en 2012 et crise du socialisme aidant, un autre candidat de Droite succédera à Nicolas Sarkozy !

    Ségolène, Martine, Gérard & Cie n’ont qu’à bien se tenir et chercher l’union ! Mais en sont-ils capables ?

      Répondre

  20. de Caton de Lyon
    posté le 25 nov 2008

    @dj:
    Oui je partage votre point de vue, un autre candidat de droite succédera à Sarko, et si ça veut un peu sourire, peut-être avant 2017…qui sait, on n’est pas à l’abri d’un coup de chance.

      Répondre

  21. de jerome manin
    posté le 25 nov 2008

    Cette fois c’est annoncé Ségolène Royal commence sa campagne présidentielle ce soir.

      Répondre

  22. de David Jourdes
    posté le 25 nov 2008

    @
    Caton de Lyon

    2017 … Nous n’en sommes pas encore là et je ne perçois aucun politique socialiste de la qualité de François Mitterrand … A moins qu’un autre homme de Droite accepte de représenter la gauche !

    @
    Jérôme Manin

    2012 est l’année de Nicolas Sarkozy ! Martine Aubry divise la gauche … Ségolène aussi … Et puis, Ségolène Président(e), il n’y a que les voyants pour prédire celà ! Elle aura bien de la chance si elle n’est pas d’ici là virée du PS !

      Répondre

  23. de jerome manin
    posté le 25 nov 2008

    @David Jourdes
    Il faut être vigilant car il existe des gens comme Caton de Lyon qui disent qu’ils sont à droites mais déteste les candidats de droite, sont contre la gauche mais pour Collomb, ne supporte pas Royal mais voterais bien Aubry…

    D’ici 2012 et j’en appelle là à votre sens mathématique, l’important est qu’ils retournent leur veste un nombre paire de fois pour garder le cap. Ou bien qu’ils mangent un bon petit déjeuner et que la météo soit favorable le matin des élections et qu’en plus Le Progrès leur explique pour qui voter…. mais d’ici 2012…

      Répondre

  24. de Caton de Lyon
    posté le 25 nov 2008

    @jm

    Il manque à votre post quelque citation empruntée à un autre pour compléter cette analyse politique aussi subtile que profonde. A vous lire, je rajeunis d’un an. C’est bien vous ne changez pas. Et vos écrits sont toujours aussi rafraîchissants et délicats.
    Je note avec plaisir le récurrent esprit nuancé dont vous faites preuve pour ceux auxquels il arrive de – ne serait-ce que temporairement – suivre une autre chemin que vous.

      Répondre

  25. de AAV
    posté le 26 nov 2008

    A JM : Bon, Manin, quand est-ce que tu crées ton blog ?

      Répondre

  26. de David Jourdes
    posté le 26 nov 2008

    Je pense que Jérôme serait en mesure de créer son blog … Mais bon, c’est plus amusant d’être ici … Plus on est de fous, plus on rit ! Et j’ai appris que nous étions très observés … !

      Répondre

  27. de jerome manin
    posté le 26 nov 2008

    Merci pour la remarque de David mais je préfère laisser le boulot aux autres (c’est mon coté gauche :-D ).

    - Un blog est un gros boulot, il faut compter un minimum quotidien d’une heure et surtout il faut que ce soit inscrit dans un projet ou une stratégie pour avoir du sens, or sur ces derniers points, je suis hors course.
    - Dans la mesure où des blogs comme celui d’Erick me laisse la parole, m’offre une tribune et sont très bienveillants à mon égard, je n’ai pas de raison de me construire une cabane quand on m’invite au château.
    - Enfin, un blog demande un minimum de cohérence et fait mauvais ménage avec les traits que je lance en tous sens et il me serais autant difficile d’être en une phrase pertinent, que d’être de mauvaise foi à l’adresse de Caton de Lyon par exemple.

    Je vais quand même y réfléchir, dés que je trouve un patron, je lui demande si je peux pendant mes heures de travail.

    A propos d’élections piège à con
    Comme en leur temps les américains au nom de la démocratie on choisi un Bush fils pour remplacer un Bush père, les socialistes avaient le choix entre la fille d’un grand socialiste et la femme d’un grand socialiste, il ont choisi l’héritage de préférence au choix affectif, conservateur plus que démocrates.
    Nous avons là deux cas d’école d’élections piège à cons.

      Répondre

  28. de David Jourdes
    posté le 26 nov 2008

    A propos des élections de 2012, on apprend cependant que Dominique Strauss-Kahn est le candidat PS préféré des Français … Mesurant cela, j’espère que le PS va présenter soit Tartine ou Ségo …

    Y sont fous ces socialistes !

    A propos, Jérôme …  » Je suis d’accord avec le choix socialiste de Ségo mais en plus de n’être l’épouse d’un socialiste, n’est-elle pas aussi la fille d’un fondateur du FN !?

    Etranges ces comportements …

    Je ne comprends pas que les socialistes aillent rechercher aux extrêmes leurs favoris …

    Entre un François Mitterrand qui avait fais don de sa personne au maréchal Pétain et une famille qui compte aussi Anne-Christine Royal, laquelle figurait en troisième position de la liste FN pour les élections municipales à Bordeaux, j’ai quelques doutes sur les choix des militants socialistes …

      Répondre

  29. de JJ BOIS
    posté le 27 nov 2008

    Sacré Jérome lucide sur lui mème!

      Répondre

  30. de michel
    posté le 8 avr 2009

    que sera la France en 2012,et dans quel ètat??
    donc ,si comme je le pense,mal,très mal,
    se sera strauss-kahn,avec son regard enjoleur,qui plaît a beaucoup de gens
    élections pièges a cons,c »est vrais
    il faut comme dans tout les pays,la proportionnelle,
    mitterrand-pètain, anne royal-fn,on se doit d »ajouter
    le gouvernement d »israel avec l »extrême droite,aussi
    ,franchement c »est marrant ,car personne n »a le courage de crier sur ce véritable scandale,
    oui,le grand lobby est vraiment puissant ,vu le silence des démocrates en tout genres
    je me souviens de l »autriche,suisse,chez nous élection de blanc,
    tout le monde hurlait,presse,radio,télé,associations,la licra,ect ect,et la?? RIEN,triste mais vrais

      Répondre

Poster un commentaire


5 − = un